Rencontres et analyses autour des RH de demain

Revenir aux articles
Découvrez Smart Action RH
Le premier outil construit avec des RH pour leur faire vraiment gagner du temps.
Découvrir l'outil
Succès de RH

Vidéo – Entretien avec Clarisse Guiomard

Directrice des Ressources Humaines de la société ELS
01/02/2018
témoignagevidéo

L’inaptitude au travail d’un salarié est toujours délicate à gérer. Clarisse Guiomard nous partage un retour d’expérience, et nous confie pourquoi le sujet lui tient à cœur.

 

Je suis Clarisse Guiomard, DRH de la société ELS, qui est une filiale du Groupe Editions Lefebvre Sarrut.

Inaptitude, un sujet qui vous touche ?

J’ai été confrontée ces deux dernières années à trois cas d’inaptitude, et c’est vrai qu’un cas m’a touchée tout particulièrement, parce que c’était un salarié qui était très performant, très motivé, qui devenait aveugle et qui était sur des missions de saisie.

Inaptitude, quel accompagnement dans votre entreprise ?

On l’a accompagné de plusieurs façons, la première évidemment c’est de l’accompagner lui directement. Nous envoyons toujours, dès la décision d’inaptitude du médecin du travail, un dossier de reclassement au collaborateur, pour qu’il puisse retracer son expérience professionnelle, exprimer quels sont ses souhaits et comment il voit l’avenir. A partir de là, on organise un entretien avec lui, qui nous permet d’échanger ensemble, de voir à quel stade il en est de l’acceptation de sa maladie, et de voir comment ensemble on va pouvoir construire un parcours et l’aider à cheminer vers un nouveau poste qui pourrait convenir et qui l’aide à vivre au quotidien sa pathologie.

Ensuite, on envoie un mail à l’ensemble des Directeurs des Ressources Humaines du Groupe et on essaie de voir, en fonction de l’expérience et des compétences du collaborateur, s’il y a un poste qui lui convienne.

On travaille aussi au quotidien avec une société qui s’appelle KOSE, qui nous donne des pistes pour les collaborateurs qui sont déclarés inaptes et qui plus généralement nous aide quand nous sommes confrontés à des cas de handicap au sein de l’entreprise.

Inaptitude, et en cas de refus ?

Lorsque vous faites une proposition de reclassement à un collaborateur, il peut tout à fait la refuser. Si nous avons d’autres postes qui correspondent à ses compétences et à son expérience, on doit lui proposer tant que nous avons des postes à disposition pour lui. Si le collaborateur refuse chacune de ces propositions, nous devons, à l’issue de ces propositions, procéder au licenciement.

Inaptitude, quelle réussite pour le reclassement ?

Aujourd’hui je suis très fière de l’aboutissement de ce dossier d’inaptitude parce que nous avons réussi à lui trouver un poste dans lequel il est très épanoui et qui lui permet justement de vivre au quotidien sa pathologie et de faire en sorte que sa pathologie ne s’aggrave pas.